lundi 14 mai 2018

L'enfance et puis... (lettre à moi-même)

Chère Ginie. Tu dois trouver ça bête que je t'écrive une lettre, alors qu'on est la même personne. C'est vrai que j'ai souvent vu ça, dans les livres, dans les films... et étant encore dans une période de ma vie où je me cherche encore, je me suis dis que c'était le bon moment pour me rappeler qui j'étais.
Tu es une enfant adoptée. Cela n'a jamais été un secret, car tu n'as jamais eu l'occasion d'en parler, et puis ça n'était pas essentiel pour toi. Tu ne l'as jamais mal vécu, tu as toujours aimé tes parents et tu les as toujours considéré comme tel. Tu n'as jamais voulu retrouver ta mère biologique, parce que tu n'en ressens pas le besoin. Et parce que tu sais qu'elle a fait souffrir ta vraie mère, tu sais les conneries qu'elle a faite, que tu ne pardonneras jamais. 
Mais tu as vécu une belle enfance. Avec tes propres passions à toi, que tu assumais pleinement. Fan de Pokémon ? Tu le seras toujours dans plusieurs années, car ça te rendra nostalgique. Tu te rappelle du premier épisode que tu as vu, et c'est là qu'est venu ta passion pour ces petits créatures, et tu les partagera avec pleins de copains et copines. Il y a eu Sakura, qui t'accompagnera encore à 25 ans. Tu te souviens quand tu courais à la sortie de l'école pour vite voir le nouvel épisode sur M6 ? Tu te souviens aussi quand ça s'est terminé, et que tu as pleuré toutes les larmes de ton corps, comme si tu perdais une véritable amie. Mais rassures toi, tu l'as retrouveras chaque année, en été. Car elle te fait du bien au moral, et même si ce n'est qu'un personnage fictif, elle t'apportera beaucoup.
Tu te souviens du petit garçon que tu voyais quand tu allais chez ta grand mère ? Il te faisait rire, sourire, tu en es peut-être même tombée amoureuse, et tu ne l'oublieras jamais, même si tu ne sais plus comment il s'appelle. Et puis tu t'es fais des amis en or, que eux non plus tu n'oublieras jamais. Il y a eu Jade, ta meilleure amie d'enfance, avec qui tu as tout partagé. Danser et chanter sur Lorie, se prendre des fous rires, plonger dans sa piscine, dormir sur le sable à la mer. Vous vous perdrez de vue avec le temps, et j'espère qu'un jour vous aurez l'occasion de vous retrouver, pour se rappeler le bon vieux temps, ce temps d’insouciance, que vous avez vécu toutes les deux. Tu te souviens d'Alex ? Bien sûr que tu t'en souviens, comment l'oublier. Faire du rollers dans son quartier, dormir chez elle, jouer au Pokémon avec elle, manger des brioches, être amoureuse de son frère... vous vous êtes perdues de vu également aussi, mais rassures toi, tu l'as retrouveras quelques années plus tard, par hasard, sur internet. Comme quoi les choses sont bien faites, et même si vous habitez loin l'une de l'autre, vous serez toujours liées par vos souvenirs.
Tu as mal vécu l'école, avec du harcèlement de camarades qui ne te comprenaient pas. Oui tu es introvertie, timide, discrète, et tu le seras toujours dans plusieurs années, mais tu ne te démontera pas, et même si tu ne savais pas te défendre, tu resteras courageuse face à ça. Surtout face aux copines qui te manipulent, mais que tu oublieras avec le temps. 
Tu te souviendras de tes anniversaires, toujours en petite comité, mais ça t'ira très bien, car ce sera des moments remplis de sourires et de bonheurs, où tu fais ce que tu as envie.
Viens ton adolescence, où tu as découvert ta passion pour les mangas (on ne compte pas Card Captor Sakura et quelques autres de ton enfance), tes premières lectures, qui seront un véritable échappatoire. Et tu en seras toujours aussi gaga à 25 ans.
Tes premiers stages en librairie te feront beaucoup de bien, tu t'affirmera bien plus, tu seras plus avenante, moins angoissée au contact des gens.
Tu deviens adulte, et tu découvre le premier amour. Il habite loin, mais ce ne sera pas un problème, vous vous verrez assez souvent, lui descendra, toi tu monteras. Tu seras heureuse, tu ne regretteras pas ces deux ans. Mais tu souffriras, car tu ne seras pas tombée sur la perle qui te fera chavirer. Tu vas pleurer, beaucoup, mais ça te renforcera, et tu pourras toujours compter sur tes proches et amis qui t'apporteront du réconfort. Tu vivras très mal votre rupture, il ne t'aimait plus, mais il te le dit par sms, quand tu es dans le train. Très classe hein ? Ouais je trouve aussi. Quel con. J'ai de la peine pour toi, tu le savais pourtant que ça n'allait plus. Tu te voilais la face, car toi tu l'aimais toujours, et c'est ce qui sera encore plus dur. Mais le temps apaisera tes peines.
Tu trouveras la meilleure amie dont tu as toujours rêvé. La véritable amitié, celle qui a le gout des crêpes, du shopping, cinéma, lecture, restaurant, balade. Tu te prendras des fous rires avec elle que tu n'oubliera pas, même si c'est juste une chenille qui se prend pour un Jedi. Et même si tu ne lui dis pas souvent, tu l'aimeras fort, fort fort.
Et même de loin, et grâce à cet ex, tu auras ton meilleur ami aussi. Alors il peut être lourd par moment (ahah), mais il a un grand coeur. Il est maladroit, ne tourne pas toujours sa langue 9 fois dans sa bouche, mais il s'excusera toujours quand il t'aura blessé. Il te redonnera le sourire, t'encouragera, te motivera, garde le cet ami, car il est précieux.
Et enfin, tu trouveras ta bouée de sauvetage, ton échappatoire, les livres. Je sais, tu n'aimais pas lire quand tu étais petite, mais sache que ça viendra, et que c'est ta maman qui te donnera le gout de lire. Et sache que grâce à ça, tu vas te créer un blog, et de belles amitiés, celles qui seront toujours là pour te soutenir quand tu as un coup de mou. Même quand tu feras ta dépression, tu ne seras jamais seule.

Ginie, tu as 25 ans. Tu aimes le ciel, l'automne, les couleurs pastels, les bons gilets bien moelleux, les pops corn, les crêpes. Tu aimes visiter des endroits inconnus, tu rêves d'aller en Bretagne. Tu dors avec deux peluches, et tu n'as pas honte. Tu aimes les bruits la nuit, et dormir la fenêtre ouverte. Tu aimes la pluie, et tes chats, ta famille, ton frère même si il peut être un peu concon parfois, mais il te fera toujours rire. Tu aimes faire des rencontres, parler de tout, rire, garder le moral, être positive, les petits plaisirs du quotidien. Et même si tu n'es pas encore pleinement heureuse et épanouie, ça viendra. Tu aimes la vie, c'est l'essentiel.

samedi 12 mai 2018

The Greatest Showman

The Greatest Showman célèbre la naissance du show-business et l’émerveillement que l’on éprouve lorsque les rêves deviennent réalité. Inspirée par l’ambition et l’imagination de P.T Barnum, voici l’histoire d’un visionnaire parti de rien qui a créé un spectacle devenu un phénomène planétaire.

Je m'en voulais de l'avoir loupé au cinéma. Depuis le temps que je l'attends, depuis le temps que j'écoute This is me en boucle. Je l'ai ENFIN vu ! Et je suis loin d'en ressortir déçue. C'est vrai que j'avais de grandes attentes du coup, mais je savais que j'allais aimer. Vous savez, c'est ce genre de film que l'on sait qu'on va aimer dès les premières secondes de visionnage.
J'en attendais pas moins de ce film que de me faire rêver. Et il a accompli à merveille sa mission. J'ai eu des étoiles plein les yeux tout au long de l'oeuvre... 
C'est aussi ça le cinéma, nous en mettre plein la vue. The Greatest Show réussi avec brio à mêler féerie, magie, amour et amitié avec un beau message d'espoir et de tolérance, d'acceptation de soi et d'humanité.
La troupe de personnage est très attachante, j'ai beaucoup aimé le fait qu'ils se voient comme une famille, et que grâce à Barnum, ils se soient trouvés. Certains protagonistes sont un peu clichés, mais ça n'efface pas le bonheur que l'on peut ressentir en regardant ce film. J'aurais peut-être préféré connaitre les personnages en profondeur, que certains soient un peu plus en lumière.
Mais ce qu'il y a de vraiment beau dans ce film, c'est le message. Le fait d'accepter l'autre tel qu'il soit. Le film montre bien la force de l'être humain face à la stupidité humaine. Les regards de travers, de honte, ça ne devrait même pas exister. Je suis bien contente de voir que ce genre de film existe. Afin de montrer la réalité, qu'il y a des gens différents, et que ce n'est pas pour autant qu'ils ne sont pas humains, ils sont juste exceptionnels, uniques. 
Un autre point est montré, c'est l'erreur humaine. On voit bien à un moment que Barnum est aveuglé par sa célébrité, et qu'il en veut toujours plus, alors qu'il a le bonheur a porté de main avec sa femme et ses deux filles. Cela montre que l'être humain n'est pas parfait, et qu'il sait se remettre en question.
BREF, The Greatest Showman est loin d'être parfait, mais il est tellement beau et fabuleux, qu'on omet les imperfections. Le casting est top, les musiques incroyables (mes préférées : This is me et Rewrite the stars), les décors magiques... un film qui donne le sourire, qui m'a même fait pleurer, et qui nous fait ressortir avec le coeur gonflé de joie. 

dimanche 6 mai 2018

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers. Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée. À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour. Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire. Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.


Le genre de livre qu'on a envie de garder pour soi &
en même temps d'en parler à la terre entière.

Une bulle de douceur. Une bulle de bonheur. 
Une parenthèse de vie,
d'amour.

Des embuches, des fous rires, des pleurs, des câlins,
des sourires, de la complicité,
des rencontres hautes en couleurs,
qu'on oubliera jamais.

Un voyage, où on a envie de tout visualiser, de s'y perdre.
Des phrases, qu'on a envie de noter dans un carnet,
pour ne jamais les oublier.

Une famille, qui m'a attendri,
par ses personnages humains, authentiques.
VIVANTS.

Merci Virginie Grimaldi, de m'avoir fait vibrer.
J'ai ris, j'ai pleuré, j'ai tremblé, j'ai vécu, j'ai voyagé,
j'ai grandi.
J'ai regardé les étoiles avec les filles, 
et je n'ai plus qu'une seule chose à dire ; 
C'est bête d'être les autres, alors qu'on est soi.

 

lundi 30 avril 2018

8 mois de no bra et slow bra


Avant de commencer cet article, je tiens à préciser que je suis là pour faire part de ma propre expérience, et en aucun cas pour juger celles qui portent et aiment porter des soutiens-gorge. Comme je le dis souvent, chacun est libre de ses choix et gestes envers soi-même.

Je ne sais pas si cet article aura sa place sur mon blog, si cela va choquer certains, si c'est hors sujet. Mais aimant parler de tout en plus de la littérature, j'ai eu envie de vous parler de ce que je vis depuis 8 mois, en ne portant presque plus de soutien-gorge. C'est en effet un article très personnel, mais voyant de plus en plus fleurirent ce genre de post, j'ai aussi eu envie d'apporter ma pierre à l'édifice.
Je pense que j'ai commencé à porter des soutiens-gorge à l'âge de 12 ans environ, ce qui fait 13 ans à en porter, même le week end. Je n'ai jamais été une adepte de la lingerie, ce n'était pas mon truc de trifouiller dans des magasins à m'acheter des jolies sous vêtements pour me faire plaisir, tant que cela maintenait ma poitrine, je n'en avais rien à faire, finalement. J'ai eu envie de faire un effort quand j'ai eu mon premier amoureux, il y a 4 ans. Mais je ne le faisais pas vraiment pour moi-même en fait.
Depuis plus d'un an, j'ai pris du poids, et je l'ai directement ressenti au niveau de ma poitrine quand je portais des soutiens-gorge, je ne me sentais pas bien, et en aucun cas à l'aise. J'avais cette impression d'étouffer, de me sentir compresser, et de ne plus être moi-même, finalement. Comme beaucoup de filles, j'enlevais mon soutien-gorge dès que je rentrais chez moi, afin de me sentir mieux. Et j'ai doucement voulu passer du soutien-gorge basique à celui sans armatures. J'ai directement senti la différence ! Mais ce n'était pas encore ça. Alors du jour au lendemain, quand les saisons froides sont arrivées, en 2017, j'ai décidé d'arrêter d'en porter. C'est un choix assez important, qui mérite d'être réfléchis. C'est vrai que dès qu'on commence, cela fait bizarre. Mais si vous saviez la liberté que ça fait ! Alors évidemment au début je mettais un t-shirt sous mes gros pulls d'hiver, afin que cela fasse une double épaisseur, mais petit à petit, j'ai réussi à enlever ce t-shirt si je n'en avais pas besoin.
Pour les curieux, je fais du 90 B, je n'ai donc pas une petite poitrine. Preuve que même avec une poitrine plus importante on peut sauter le pas ! Après je peux comprendre aussi le choix du port, le fait d'être maintenu.

Et qu'est ce que cela m'apporte finalement ? Du bien être ! Beaucoup de bien. De la liberté. Je respire bien mieux, alors qu'avant j'avais souvent le souffle coupé. Et puis le plus gros point positif de ce choix du no bra : j'ai réussi à accepter mon corps. Je ne trouvais pas ma poitrine si jolie, avant, elle a des défauts, et c'est finalement en ne portant plus de soutien-gorge, que je me rends compte que c'est avec ces petits défauts qu'elle reste belle. Même si elle n'est pas totalement ronde, qu'elle tombe un peu, je m'en fiche. Le principal est que je me sente bien.
J'appréhende un peu la saison chaude qui arrive. Je n'ai pas encore sauté le pas de ne porter qu'un t-shirt sans soutien-gorge en dessous, juste des brassières ou alors avec un débardeur. Mais cela viendra petit à petit.
Et le regards des autres, alors ? J'EN AI RIEN A CIRER ! Je ne m'en rends même pas compte, je ne sais pas si ça se voit, et même si d'autres le remarque, je m'en fous complet. C'est mon choix, ma vie, et personne n'a rien à y redire.

Pratiquez-vous le no bra ou le slow bra ?
Que pensez-vous du fait de ne pas porter de soutien-gorge ? 
Seriez vous capable de sauter le cap ?

Source photo : Pixabay 

dimanche 29 avril 2018

Au petit bonheur la chance !

Jean 6 ans , se retrouve confié à sa grand-mère, lors de la séparation de ses parents, en 1968. Sa mère part à Paris pour trouver un emploi et reviendra le chercher. Il se retrouve chez mémé Lucette, et une formidable histoire d'amour va se dérouler entre ces deux êtres qui vont apprendre à se connaître, à cohabiter et à s'aimer.

J'ai rencontré l'autrice au mois d'Avril, pour le salon du livre dans ma ville, à Hyères. Quelle fantastique rencontre ! Moi qui suis d'un naturel timide, elle a su m'aborder avec beaucoup de délicatesse. C'est une jeune femme avenante, douce et débordante de gentillesse. Je vous souhaite à tous de la rencontrer un jour, car elle rayonne comme un soleil, et elle fait du bien, comme dans ses livres.
Il y a pas longtemps j'ai découvert Minute, Papillon ! qui m'a beaucoup plu. J'ai beaucoup ris et j'ai aimé les personnages. Suite à mon échange avec Aurélie Valogne, j'avais envie de la retrouver le soir même en commençant son dernier sorti ; Au petit bonheur la chance ! 
Je l'ai dégusté. C'est une histoire où il faut prendre le temps, qui se savoure. C'est doux, plein de tendresse, et émouvant. Comme sait le faire l'autrice, c'est un roman doudou qui fait du bien à notre petit coeur. Une leçon de vie, qui a le gout de l'enfance et du caramel fondant. C'est léger simplement en surface, le tout est agrémenté de thèmes durs et profonds, qui ne peuvent que nous toucher. On s'attache à ce duo qui nous fait sourire, Jean et mémé Lucette, qui doucement apprennent à se connaitre, s'aimer et s'accepter. On se laisse emporter par les mots délicats d'Aurélie, où la plume y est maitrisée et parfaitement ficelée. J'ai aimé découvrir toutes les références aux années 70, qui m'ont fait me sentir bien. C'est une plongée pour les âmes d'enfants, dans la nostalgie de notre époque à chacun. Que vous dire de plus ? Laissez vous bercer par l'histoire de Jean, où sa vie semée d'embuches n'est finalement pas très loin du chemin du bonheur. 

samedi 28 avril 2018

Tout en bulles #1


Le Prince et la Couturière de Jen Wang
- Ed. Akileos, 296 pages, Historique, romance -

Le prince Sébastien cherche sa future femme, ou plutôt, ses parents lui cherchent une épouse… De son côté, Sébastien est trop occupé à garder son identité secrète à l’abri des regards indiscrets. La nuit, il revêt les tenues les plus folles et part conquérir Paris sous les atours de l’époustouflante Lady Crystallia, l’icône de mode la plus courue de toute la capitale !
Sébastien a une arme secrète : sa couturière, Francès, une des deux seules personnes à connaître son secret, et sa meilleure amie. Mais Francès rêve de s’accomplir par elle-même, et rester au service du prince lui promet une vie dans l’ombre… pour toujours. Combien de temps Francès supportera?t-elle de vivre dans le boudoir de Sébastien en mettant ses rêves de côté ?


Quel énorme coup de coeur ! Dès que j'ai vu la sortie prochaine de cette BD, il me tardait de la découvrir. Je remercie avant tout les éditions Akileos (et pour IRL plus bas) qui ont pensé à moi en me l'envoyant. Aussitôt reçu aussitôt lu ! Je l'ai dévoré d'une traite, j'ai même failli être en retard au boulot tellement je voulais savoir la fin. J'ai tout aimé dans cette BD; l'histoire, captivante et tolérante, les dessins, doux, tout en rondeur et colorés, les personnages, véritablement attachants, enrichissants et passionnants. J'ai adoré l'évolution entre les deux protagonistes, qui apprennent petit à petit à s'apprivoiser, malgré leur différence. Car c'est bien ce que souligne Jen Wang ici : la différence. Je vous laisse découvrir laquelle, afin d'apprécier encore plus. Mais sachez que c'est une belle surprise, pleine de valeurs et d'amour, de passion et d'acceptation de soi.

30 ans 2 chats de Minikim et Flora
- ED. Bamboo, 112 pages, humour, chat - 

Luce est une Parisienne tout ce qu’il y a de plus banal. Comme des milliers de femmes de son âge, elle a un petit appart, plein d’amis, un travail dans un bureau, des histoires de cœur. Bref, une fille ordinaire, si elle n’avait pas un grave problème : Luce est une fille à chat !
Elle en a deux, et elle fait tout ce qu’elle peut pour leur rendre la vie la plus plaisante possible. De leur côté, Neko et Yoshi utilisent tout leur savoir-faire félin pour bouleverser l’existence de LEUR humaine.

Minikim, je la connais grâce à sa trilogie tout en douceur : Couette (dont je vous parlerais une autre fois!). Quand j'ai su qu'elle sortait une nouvelle BD :  OH JOIE, OH BONHEUR ! Et en plus, le pompon sur le gâteau : ça parle de chat ! Et ayant deux chats à la maison, je l'affirme haut et fort : JE SUIS UNE CAT LADY !
Cette adorable BD regroupe des tranches de vie de Luce avec ses chats, que dis je !! son amour pour ses chats ! Elle leur passe tout, la moindre bêtise, griffure, morsure, réveil tôt, câlin tardif... comment ne pas se reconnaitre quand on est un amoureux des chats ? Impossible ! Même si c'est un peu du déjà vu, on prend plaisir à suivre le quotidien de ces deux matous qui aiment mener la vie dur à leur maitresse. Mais il y a aussi les petits plaisirs de la vie, les doux câlins...
30 ans 2 chats c'est une parenthèse de douceur, de guimauve et marshmallow, ça fait du bien au moral, et l'univers coloré et acidulé de Minikim n'y est pas pour rien...

Les petites distances de Véronique Cazot et Camille Benyamina
- Ed. Casterman, 152 pages, fantastique, romance -

Max est un homme tellement insignifiant qu'il finit par devenir vraiment invisible. Léo est une femme peureuse qui vit dans ses rêves. Max s'installe chez Léo et observe sa vie.

C'est en flânant dans ma librairie préférée que je tombe sur cette BD et le mot écrit par Laura, une des libraires. Je le feuillette un peu, et là c'est le coup de coeur pour les dessins. Il ne se fait pas attendre avant de se glisser sous mon bras. Alors, ce n'est pas le coup de coeur que j'attendais, mais j'ai vraiment passé un superbe moment en compagne de Léo et Max. C'est doux, poétique, un peu étrange, avec quelques planches assez osées mais belles. On est dans une atmosphère un peu magique, qui laisse place à des passages bizarres, qui peuvent nous surprendre. Léo et Max sont très attachants, même si j'ai eu un peu plus de mal avec Léo. Max est fou d'amour pour elle et ça se ressent, c'est beau, c'est tendre. Laissez vous emportez par la magie de cette histoire...

dimanche 22 avril 2018

Boutiques de Pins

Depuis un bon moment je collectionne les badges et pins des univers que j'aime ; Ghibli, Harry Potter, Disney, Pokemon, anime de mon enfance... je trouve que cela donne toujours un petit coup de pep's à un vêtement ou un sac. Sur mon gilet de travail je suis recouverte de badges et pins en tout genre, c'est aussi ce qui me représente, les clients ont souvent des petites attentions en les voyant ; "vous êtes bien décoré dit donc !". Même mon PDG qui discutait avec ma patronne une fois, me scrutant lui a demandé "Mais qu'est ce que c'est tout ces petites choses sur son gilet ?" et ma patronne a répondu "Ah ben c'est Virginie, elle aime les mangas, les livres, et elle l'affirme !".
Je vous ai donc récolté quelques petites boutiques etsy où se trouvent des trésors, pour tous les goûts !

Studio Ghibli






Harry Potter

Les lecteurs




J'espère que cette petite sélection vous aura plu !
Vous collectionnez les pin's ?